Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘légumes’

Malgré des circonstances dénuées de charme, un récent voyage professionnel à Séville m’a laissé assez entrevoir de  cette superbe ville pour  me donner envie d’y retourner un jour prochain en touriste.

En tout cas, j’ai pu apprécier le volet gastronomique de ce voyage, entre poissons délicats et variés, charcuteries ibériques et délicieuses tapas.

Et puis, peut-être les quelques pépins recueillis au pied des orangers de l’Alcazar parviendront-ils un jour à pousser assez pour tenir compagnie à ma petite collection de yuzus ?

Enfin, j’ai été ravi de tomber dans un journal espagnol sur une recette qui a pour ingrédient principal les petits artichauts de printemps, produit de saison.

Les artichauts peuvent s’accommoder de bien des manières, mais en fait on ne trouve pas si fréquemment de recettes qui les mettent en valeur : celle-ci est parfaite, à condition de ne pas être trop regardant sur l’élégance des manières de table lorsqu’il s’agira de manipuler ou de recracher ce qui restera inévitablement des bouts de feuilles coriaces !

Quand je peux, j’essaie de privilégier les recettes végétariennes. Ayant préparé celle-ci avec un délicieux lard fumé artisanal que j’avais sous la main et qui apportait vraiment quelque chose, j’ai eu scrupule à ne pas le mentionner, ça en valait la peine, mais si c’est pour mettre de banals lardons fumés du supermarché, autant s’en passer.

Blanquette d’artichauts

préparation 15 mn
cuisson 25 mn

Ingédients pour 6 personnes
1 kg de petits artichauts
6 pommes de terre fermes
100g de lard fumé (facultatif)
2 oignons
2 gousses d’ail
1 càs de farine
1 l de bouillon
1 branche de thym
2 jaunes d’œufs
2 cuillers à soupe de vinaigre
huile d’olive, sel, poivre

Préparation
Éplucher les oignons et les couper en demi-rondelles.
Couper les pommes de terre en rondelles épaisses.
Éplucher et hacher grossièrement les gousses d’ail.
Nettoyer les artichauts, couper le haut des feuilles.
Couper les artichauts en quartiers.

Dans une grande cocotte, faire revenir à l’huile d’olive l’oignon et l’ail.
Si on a choisi d’en mettre, détailler le lard en lardons et les ajouter.
Ajouter les artichauts et les pommes de terre, poivrer abondamment.

Saupoudrer de farine et bien mélanger.
Mouiller avec le bouillon, ajouter le thym, saler si nécessaire.
Couvrir, porter à ébullition, baisser le feu et laisser cuire 20 minutes.
Couper le feu.
Juste avant de servir, battre les jaunes d’œufs avec le vinaigre, verser dans la cocotte et remuer vivement.

Read Full Post »

L’univers d’internet n’est pas que virtuel, il débouche aussi sur des rencontres chaleureuses en chair et en os (et en délices gustatifs…)

Il y a quelques mois, à l’occasion de la visite d’une famille amie de Corée, j’avais cherché  à actualiser mes connaissances sur la spécialité que je prévoyais de leur servir : le traditionnel poulet au vinaigre lyonnais et son non moins traditionnel gratin de cardons, légume tout à fait inconnu en Extrême-Orient, mais qui n’est pas non plus évident à trouver à Bruxelles.

C’est ainsi que j’ai abouti sur le site des Jardins de Pomone, une mine de renseignements sur tous ces légumes rares ou oubliés, leur culture et leur préparation, animé par Anne et José un couple de militants de la biodiversité en croisade contre la malbouffe.

Et parmi leurs liens vers des sites amis, un en particulier attire mon attention d’amateur de cuisine indienne, celui du site Bombay-Bruxelles, où je me suis empressé de tester plusieurs recettes totalement nouvelles pour moi malgré ma fréquentation assidue des livres de Madhur Jaffrey ou du site Mamta’s Kitchen, jusque là quasiment mes seules références, et d’en remercier son auteur, Apolina, qui à son tour signale mon existence à Anne et José, lesquels m’invitent à la réunion bruxelloise de blogueurs culinaires qu’ils organisaient hier dans un de leurs potagers aux portes de Bruxelles : la boucle est bouclée, le virtuel rejoint le réel, et j’ai ainsi pu faire la connaissance non seulement d’Anne et José ainsi que d’Apolina, mais aussi de quelques autres blogueurs venus de Bruxelles et de sa grande banlieue (celle qui s’étend de Paris à la Lorraine) et le cas échéant de leur petite famille :

Diane de Drôle2bouffe, les kamikazes de la spatule
Fabienne de Alice au pays des saveurs
Mark de Passion cuisine
Marielle de Les menus plaisirs de M&M
Myrtille (est-ce bien son prénom ?) de Chez Myrtille
Myriam de Chez Pupuce
Marion de Crumbles et Cassonade
Clémence de Les tentations culinaires de Clémence
Mari de La dînette de Mari
Damien du site 750 grammes (et d’autres encore, honte à moi de les avoir oubliés, signalez-les-moi, je rectifierai !)

La visite de cet extraordinaire potager, récupéré en trois mois de travail acharné sur un bout de terrain vague, m’a permis de découvrir des plantes que je ne connaissais que de nom comme la petite pimprenelle, voire pas du tout comme l’agastache anisée ou la ficoïde glaciale au surprenant goût de fruit de mer, de multiples variétés de basilic ou de sauge (une bouture d’une délicieuse sauge ananas entame son acclimatation à la maison), et a suscité des envies de culture – après tout, il suffit de quelques pots…

De les découvrir, mais aussi de les goûter sous forme de petites soupes froides, de tartelettes, de crème glacée, de rouleaux de printemps, voire de chantilly et de coulis dont ma tenue du jour conservera les marques aussi longtemps que ma mémoire…

Read Full Post »