Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘légumes secs’

Il est des amitiés qui traversent le temps, des amis chers qu’on a perdu de vue pendant des années et qu’on retrouve émerveillé de voir que tout redémarre comme avant. Evidemment, il faut un peu se mettre à jour :
– « Et ton super blog de cuisine, qu’est-ce qu’il devient ?
– « Euh…

Il est des amitiés nouvelles, des rencontres inattendues comme ce garçon qui a plus d’une corde à sa guitare, des conversations qui dérivent largement du sujet de départ :
– « Ah, tu as aussi un blog de cuisine ? Mais celui-là m’intéresse tout autant ! »

Bref, il y a des moments où le destin vous envoie de petits signes comme ça, donc après trois ans de jachère, me revoici donc avec pour reprendre cette version vegan d’une soupe de lentilles égyptienne (adaptée du livre « A Vegan Taste of North Africa » de Linda Majzlik, qui s’est fait une spécialité de proposer des versions vegan des diverses cuisines du monde. Si vous connaissez le nom de la recette d’origine je suis preneur), une de ces recettes ultra-simples pour lesquelles ont est à peu près assuré d’avoir tous les ingrédients sous la main (du moins si comme moi vous avez à cœur d’avoir toujours sous la main un fond d’épicerie sèche).

Soupe de lentilles à l’égyptienne

(proportions pour quatre personnes mais n’hésitez pas à doubler ou tripler si vous avez du monde ou un congélateur)

100 g de lentilles corail (soit 125 ml, 1/2 cup)
1 boîte de tomates de 400g
85 cl de bouillon de légumes
1 gousse d’ail
1 gros oignon
huile d’olive
1/2 cuiller à café de piment d’Espelette (ou paprika + Cayenne)
1 cuiller à soupe de cumin
poivre noir
1 cuiller à soupe de jus de citron
coriandre fraîche (facultatif)

Hacher grossièrement l’oignon, écraser la gousse d’ail.
Faire chauffer l’huile à feu moyen dans la casserole, ajouter le cumin et le piment, mélanger, ajouter l’ail et l’oignon. Faire revenir sans prendre couleur.
Ajouter les tomates, mélanger, poivrer.
Ajouter le bouillon et les lentilles, faire mijoter 25 minutes.

Si vous en avez, ciseler les feuilles de coriandre.
En fin de cuisson ajouter le jus de citron. Mixer.

Servir très chaud saupoudré de feuilles de coriandre hachée. 

Read Full Post »

Le temple de Madurai, Tamil Nadu

Vous le savez déjà, une de mes cuisines de prédilection est celle de l’Inde – ou plutôt ce sont les multiples cuisines des différentes régions de l’Inde, aussi différentes l’une de l’autre que peuvent l’être celles des différents pays d’Europe.

Les subtils mélanges d’épices et les diverses façons de les préparer et de les assembler en sont un des charmes essentiels mais cela se paie souvent par un temps de préparation assez long.

Pour changer, voici une recette hyper-simple et rapide.

Upma, le petit déjeuner de l’Inde du Sud

L’upma (littéralement farine salée) peut se préparer quand on émerge à peine des brumes du sommeil, elle peut aussi constituer un petit plat rapide qui remplacera fort bien les sempiternels spaghetti de secours.

Il y en a des centaines de sortes, selon les traditions régionales ou familiales, avec plus ou moins de légumes, une semoule plus ou moins grillée etc.

Après en avoir testé un certain nombre, ma préférence va à celle-ci, une des plus élémentaires, que j’ai encore simplifiée en ne faisant pas griller la semoule (question de goût personnel plus encore que de flemme !).

Contrairement à d’autres recettes que je m’applique à suivre scrupuleusement ou à n’adapter que selon des règles acceptables dans la « grammaire » culinaire concernée, je ne suis pas sûr du tout qu’un Indien se retrouverait dans cette variation personnelle.

Mais pour ce qui est des Européens, tous ceux à qui je l’ai fait goûter l’ont adorée, alors…

Quelques ingrédients ne se trouvent pas aisément dans les magasins habituels mais il y a de plus en plus d’épiceries indiennes (ou pakistanaises ou bengalies) dans lesquelles les trouver et ensuite il est facile de les stocker au sec ou au congélateur.

Pour Bruxelles, je donne quelques adresses ici.

Upma

(dose pour deux personnes)
25 cl de semoule (en principe de blé tendre mais le blé dur est indiscernable ; il m’est arrivé aussi en période de de réaliser une variante à la polenta
40cl à 75cl d’eau
(selon que vous préférez une consistance genre « couscous » ou genre « polenta »)

2 piments oiseaux (facultatif)
4 cuillerées à soupe d’huile
30 feuilles de cari (curry leaves)
1 cuillerée à café de graines de moutarde brunes
1 cuillerée à soupe de pois d’urid décortiqués (urid dal)
2 piments verts pas très forts de la sorte que voici sur la photo en compagnie de quelques feuilles de cari (si quelqu’un peut m’en dire le nom, je lui en serai reconnaissant).

Piments verts et rameaux de cari

Couper les piments verts en petits morceaux en éliminant les graines.

Faire chauffer l’eau dans une casserole.
À ébullition, couper le feu, saler et verser en pluie la semoule en mélangeant. Laisser couvert.

En même temps que l’eau chauffe,  faire chauffer l’huile sur feu assez vif  dans une plus petite casserole.
Ajouter les graines de moutarde.
Dès qu’elles commencent à sauter, ajouter les feuilles de cari, les piments, mélanger et une minute plus tard ajouter les pois d’urid en continuant de mélanger.
Faire cuire  jusqu’à ce que les pois commencent à dorer.

Verser le contenu de la casserole dans celle contenant la semoule.

Servir par exemple avec du yaourt et des crudités.

Read Full Post »

Voici quelque temps, j’ai eu le plaisir d’être interviewé par une journaliste de Femmes d’aujourd’hui qui avait apprécié ce blog. Ce qui m’a permis de me rendre compte que celui-ci n’a jusqu’à présent guère rendu compte de ce qui constitue une grande part de ma cuisine quotidienne, à savoir les plats indiens.

Il faut dire qu’il serait difficile de concurrencer en rythme et en richesse l’excellent blog Bombay-Bruxelles tenu par l’authentique Indienne Apolina, mais bon, abondance de recettes ne nuit pas, donc je vais tâcher de rattraper ça, et pour commencer une recette tout à fait basique et très économique.

Les dals (légumes secs bouillis aromatisés d’épices variées et d’une garniture frite) constituent la base de l’alimentation quotidienne en Inde.

Cette recette-ci provient du Kerala, au sud-est du pays. Je l’ai trouvée sur un site local (auquel j’emprunte la photo ci-contre, pas aussi rose que mon résultat) et un peu adaptée en fonction de mes habitudes – et du niveau de piment que supporte un palais européen !

© Kerala Recipes

Quelques ingrédients ne se trouvent pas aisément dans les magasins habituels mais il y a de plus en plus d’épiceries indiennes (ou pakistanaises ou bengalies) dans lesquelles les trouver.

Pour Bruxelles, je donne quelques adresses ici.

Dal rose de lentilles corail du Kerala

25 cl de lentilles corail (masoor dal)
1 boîte de 400g de tomates concassées
6 gousses d’ail écrasées
2 piments rouges
½ càc de curcuma
1 càc de poudre de mangue (amchoor) ou 1 jus de citron

2 càs d’huile
20 feuilles de caloupilé (curry leaves)
½ càc graines de moutarde brunes
6 échalotes, coupées en rondelles
(ou 2 oignons rouges en demi-rondelles)
6 grains de poivre noir
2 piments oiseaux

Bien rincer les lentilles.
Les mettre dans une casserole avec 75 cl d’eau bouillante, les tomates et les gousses d’ail.
Porter à ébullition, réduire le feu au minimum, ajouter le curcuma et les piments rouges.
Laisser mijoter 20 mn.

Dans une autre casserole, faire chauffer l’huile.
Ajouter les graines de moutarde.
Dès qu’elles commencent à sauter, ajouter les feuilles de caloupilé, le poivre, les piments oiseaux et les échalotes.
Faire cuire sur feu moyen jusqu’à ce que les échalotes soient tendres et commencent à dorer.

Verser le contenu de la casserole dans celle contenant les lentilles. Ajouter l’amchoor ou le jus de citron. Saler.

Remuer vigoureusement et servir chaud avec du riz.

Read Full Post »